Lucie Aubrac : "Non au nazisme" (NE)

Lucie Aubrac :

agrandir l'image
Maria POBLETE
Lucie Aubrac : "Non au nazisme" (NE)
Dès 12 ans
Adolescent


Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, Lucie Aubrac est jeune professeur d’histoire. Déjà engagée dans l’action politique, incapable de supporter le joug nazi et les exactions faites aux Juifs, elle va, avec son mari Raymond, participerà Lyon à la création d’un mouvement de résistance. Elle devra affronter Klaus Barbie lui-même pour parvenir à faire évader Raymond, emprisonné avec Jean Moulin. Après la guerre, elle n’aura de cesse de raconter son combat aux jeunes générations, afin que l’horreur ne recommence jamais.
Car le nazisme n’est plus à l’oeuvre dans aucun État au monde, mais ses émules sont encore nombreux. Des mouvements néonazis, particulièrement actifs dans certains pays, continuent à attirer vers eux de jeunes skinheads par leurs messages de haine. Il faut sans cesse rester vigilant, tel est le message de Lucie Aubrac.


Née en 1964 au Chili, MARIA POBLETE est journaliste. Elle est arrivée en France à l’âge de neuf ans, peu après le coup d’Etat du Général Pinochet, et en garde une incandescente révolte intérieure. Après de nombreuses collaborations à des radios nationales françaises (France Info, Radio France Internationale, Europe n° 1) pour lesquelles elle a couvert l’actualité latino-américaine, elle s’est spécialisée dans les sujets de société. Elle travaille pour des magazines grand public et pour des publications spécialisées dans l'enfance, la famille et l'éducation (L'Étudiant, Marie-Claire Enfants...) Elle sait mieux que personne écouter et restituer la parole des gens qu’elle rencontre.

Chez Actes Sud junior, elle est l’auteure dans la collection “Ceux qui ont dit non” de Lucie Aubrac : “Non au nazisme”, Simone Veil : “Non aux avortements clandestins” et Célestin Freinet : “Non à l’ennui à l’école” ainsi que co-auteure de Non à l’intolérance, Non à l’indifférence et Non à l’individualisme.

Son ouvrage, La dictature nous avait jetés là (Actes Sud junior, 2018) est un un récit poignant sur la dictature et l’exil forcé d’une famille chilienne à travers les yeux d’une petite fille, Maria.



titretitretitretitretitretitre