Mascarade

Mascarade

agrandir l'image
Nancy HUSTON
Christophe LÉCULLÉE
Sacha HUSTON
Mascarade
Dès 9 ans


Lorsque la chèvre, traquée par le loup, fait apparaître son nouveau visage : celui du chasseur, nous sommes au commencement de toute cette histoire. Tour à tour, les masques tombent et les personnages se confrontent, face à face, mot à mot, à un rythme effréné. Jeux de mots et jeu des métamorphoses donnent à cette comédie en cascade un petit air de mascarade ?

Romancière et essayiste, Nancy Huston est née à Calgary (Canada) et vit à Paris depuis de nombreuses années. Sacha Todorov est son fils. L'essentiel de l'oeuvre de Nancy Huston est publié aux éditions Actes Sud, dont Lignes de failles, récompensé par le prix Fémina en 2007. Aux éditions Thierry Magnier, elle a cosigné avec l'artiste Rachid Koraïchi Tu es mon amour depuis tant d'années (2001).



Christophe Lécullée est professeur de lettres et formateur à l'UPEC (Université de Paris Est Créteil), ESPE (Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education) de l'académie de Créteil. Il a été auparavant animateur, directeur de centres de vacances, formateur d'animateur aux CEMEA (Centre d'entrainement aux méthodes d'éducation active), professeur des écoles et maitre formateur en école maternelle et élémentaire dans le Val-de-Marne.

Auteur de l'album Dans la boîte à doudous (2011) et du roman Une petite sœur (2012), il est aussi chez Actes Sud Junior le concepteur avec sa femme Isabelle d'une série de cahiers d'activités pour la petite enfance : Chépa quoi faire, Cahier de patouilles, Cahier de bidouilles, Cahier de vadrouilles, Cahier de gribouilles et Cahier de patouilles au Louvre.



Je suis né dans le Berry, terre de sorcières, de forêts, de lacs et de superstitions ; et j’ai passé mes premières années entre une cheminée de pierre, un vieux piano, des piles de livres et un chêne centenaire. Comme mes deux parents écrivaient des livres, il n’y a rapidement plus eu assez de place pour qu’on puisse y habiter ; j’ai donc grandi à Paris ensuite, mais j’ai continué à retourner souvent dans le Berry. Et je me suis rendu compte que je n’étais pas le même à la ville et à la campagne, avec les gens qui me connaissaient depuis longtemps ou avec ceux que je venais de rencontrer ; et puis, avec les livres qui continuaient de pousser chez moi, j’ai découvert qu’on pouvait, par la lecture, devenir quelqu’un d’autre, changer d’identité comme de chemise. Alors un beau jour j’ai proposé à ma mère Nancy, qui a toujours des tonnes de projets d’écriture et aime tout le temps se lancer dans de nouvelles aventures, de l’aider à écrire un livre (un de plus !) sur cette idée-là. Et pour faire ça, quoi de mieux qu’une pièce de théâtre, puisqu’au théâtre tout est, toujours, histoire d’identité, histoire de masques ? On a beaucoup, beaucoup ri en travaillant sur Mascarade.



titretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitre