Abd el-Kader : "Non à la colonisation"_1ERE ED

Abd el-Kader :

agrandir l'image
Kebir Mustapha AMMI
Murielle SZAC (Directeur de collection)
Abd el-Kader : "Non à la colonisation"_1ERE ED
Dès 12 ans
Adolescent


Cet émir lettré - qui rêvait de devenir poète et philosophe - prend les armes en 1832 et devient à vingt-quatre ans le chef de la résistance algérienne face à la colonisation française. Ayant à coeur de préserver la dignité de son peuple, il mèneses troupes en fin stratège et se révèle un combattant loyal face aux exactions des Français. "Je me refusai de croire, même lorsque je le vis avec mes yeux, qu'un homme eût pu faire cela. Nous n'avions pourtant jamais fait voeu de leur ravir leur terre. (...) La France serait la bienvenue, ici, si elle acceptait de venir avec l'aura d'une nation qui s'est battue pour la liberté et qui en a payé un prix élevé et non pas en guerrier qui sème la mort."
En 1947, après quinze années de combats acharnés, Abd El-Kader est contraint à la reddition : l'Algérie devient une colonie française. Alors qu'on lui promet un exil forcé en Syrie, il est emprisonné durant cinq ans en France. Après sa libération, enseignant en théologie et en philosophie à Damas, il protégera la communauté chrétienne d'Orient d'un massacre perpétré par des fanatiques. La résistance et la dignité d'Abd El-Kader inspireront plus tard de grandes figures de la décolonisation.


De père algérien et de mère marocaine, Kébir-Mustapha Ammi vit en France depuis une trentaine d'années et enseigne l'anglais. Poète, romancier et dramaturge, il a déjà publié en 2004 une biographie d'Abd El-Kader aux Presses de la Renaissance.