Sacha HUSTON

Je suis né dans le Berry, terre de sorcières, de forêts, de lacs et de superstitions ; et j’ai passé mes premières années entre une cheminée de pierre, un vieux piano, des piles de livres et un chêne centenaire. Comme mes deux parents écrivaient des livres, il n’y a rapidement plus eu assez de place pour qu’on puisse y habiter ; j’ai donc grandi à Paris ensuite, mais j’ai continué à retourner souvent dans le Berry. Et je me suis rendu compte que je n’étais pas le même à la ville et à la campagne, avec les gens qui me connaissaient depuis longtemps ou avec ceux que je venais de rencontrer ; et puis, avec les livres qui continuaient de pousser chez moi, j’ai découvert qu’on pouvait, par la lecture, devenir quelqu’un d’autre, changer d’identité comme de chemise. Alors un beau jour j’ai proposé à ma mère Nancy, qui a toujours des tonnes de projets d’écriture et aime tout le temps se lancer dans de nouvelles aventures, de l’aider à écrire un livre (un de plus !) sur cette idée-là. Et pour faire ça, quoi de mieux qu’une pièce de théâtre, puisqu’au théâtre tout est, toujours, histoire d’identité, histoire de masques ? On a beaucoup, beaucoup ri en travaillant sur Mascarade.

Mascarade
Nancy HUSTON
Christophe LÉCULLÉE
Sacha HUSTON
Mascarade

Une chèvre et un loup sont au commencement de toute cette histoire. Tour à tour les masques tombent, les personnages apparaissent et se confrontent : face à face, mot à mot, à un rythme effréné. Jeux de mots et jeu des métamorphoses donnent à cette comédie en cascade un petit air de… mascarade ?