Les derniers des branleurs

Les derniers des branleurs

agrandir l'image
Vincent MONDIOT
Les derniers des branleurs
Dès 15 ans




Avec un esprit punk et BD, des airs à la Riad Sattouf, l'héritage de Salinger, un roman drôle et provoquant, bourré de références à la culture populaire.

 

Pour Minh Tuan, Chloé et Gaspard, l’avenir se résume à la journée d’après. Les cours séchés, les joints partagés, les mangas lus dans la chambre de l’un, les jeux vidéo terminés dans la chambre de l’autre… Ils partagent tout, de leur désespoir tranquille à leur désintérêt absolu pour leur scolarité. Mais lorsque Tina, une jeune migrante bien plus sérieuse qu’eux, rentre dans l’équation, soudain, la possibilité de décrocher leur bac va devenir tangible pour ces trois branleurs autoproclamés. Mais en restant fidèles à leurs principes : le diplôme, ils ne l’auront pas en révisant....

 

 

La presse en parle !

 

« On kiffe ce livre au réalisme cru, et sur lequel souffle un grand vent punk. »
Fabienne Jacob, Livres Hebdo

 

« Une résussite désopilante ! »
Raphaële Botte, Le Monde des livres

 

« Une réjouissante comédie, drôle, insolente, servie par un regard au couteau, aussi juste que sensible. Une singulière plongée au cœur des mœurs, des rites, de la culture des adolescents. Mais l'irrésistible singularité de ce roman tient à sa langue, à sa crudité, rapide, électrique, vivement assaisonnée. Elle claque, elle galope et touche. »
Michel Abescat, Télérama


Chronique du blog A touch of blue Marine
"Un roman qui, malgré ses airs d’ado, aborde de nombreux sujets de société et ne se cache pas derrière un masque. C’est cru, c’est vrai, c’est actuel, ça parle de sexe, de drogue, de triche. Mais en même temps, vous vous attendiez à quoi ? Le titre comporte déjà le mot "branleur".

 


Chronique du blog Livres à profusion
"Vincent Mondiot nous offre de sacrés personnages. Le lecteur les aime, peut se reconnaître, prendre fait et cause pour eux, malgré leurs paroles et aussi leurs actes. Est-ce une forme de rébellion contre un système ? Est-ce une forme de rébellion contre les adultes et même contre leurs condisciples ? Que vont leur apprendre ces quelques mois ? Vont-ils grandir, trouver leur voie ?"


 — Vous pensez qu’on est condamnés à gâcher la moindre chose un peu belle en parlant des pires trucs de débiles ? demande Minh Tuan.

— Malheureusement, ouais, répond Chloé. On est des personnes mauvaises.

— Pas moi, tente Gaspard.

— T’es le pire d’entre nous, tête de cul, lui apprend Minh Tuan.

— Allez, arrêtez de parler ! Et toi, pédale, pédale, ordonne Chloé.

— Quoi ? demande Gaspard.

— “Pédale”, l’impératif du verbe “pédaler”, “pédale”, l’insulte.

— Ha.

— L’insulte homophobe, corrige Minh Tuan.

— Vos gueules. On avance, là !

Adolescent, VINCENT MONDIOT se passionne pour le punk-rock, le fanzinat et l’écriture. En 2005, il est lauréat du prix du Jeune Écrivain français, grâce à une nouvelle publiée par le Mercure de France. En 2013, il publie Tifenn : 1 – Punk : 0 aux éditions Sarbacane. C’est en 2017 qu’il entre au catalogue d’Actes Sud junior avec Nightwork (mention du prix Vendredi 2018) suivi de Rattrapage dans la collection “D’une seule voix”, en 2019 puis Les derniers des branleurs, en 2020.

Il est également l’auteur des Mondes-miroirs, une saga fantasy aux éditions Mnémos.

Vincent Mondiot vit en région parisienne.

 

 



titretitre